FAQs

Les 10 questions les plus posées sur la ménopause

  1. J'ai beaucoup lu à propos de l'utilisation des produits naturels pour traiter les symptômes de la ménopause. Ces méthodes sont-elles efficaces?
  2. Pendant combien de temps puis-je utiliser l'hormonothérapie et comment saurai-je quand y mettre fin?
  3. Je semble prendre du poids plus facilement à mesure que je m'approche de la ménopause. Que puis-je faire?
  4. Mon risque de cancer du sein augmentera-t-il si j'ai recours à l'hormonothérapie (HT)?
  5. Ma libido semble avoir disparu, est-ce normal?
  6. Quels sont certains des signes précurseurs de l'ostéoporose?
  7. J'ai des problèmes à maîtriser ma miction de temps à autre. Que puis-je faire à ce sujet?
  8. Mes risques globaux de cancer sont-ils supérieurs si j'ai recours à l'hormonothérapie (HT)?
  9. Puisque j'ai des problèmes de sécheresse vaginale et ressens de la douleur pendant les relations sexuelles, la sexualité est-elle une bonne chose pour moi au fur et à mesure que je vieillis?
  10. Les infections des voies urinaires (IVU) sont-elles plus courantes pendant la périménopause et la ménopause?

J'ai beaucoup lu à propos de l'utilisation des produits naturels pour traiter les symptômes de la ménopause. Ces méthodes sont-elles efficaces?

Un éventail de thérapies non hormonales (certaines exigeant une ordonnance, d'autres, non) sont disponibles sur le marché, et les recherches se poursuivent dans la quête de thérapies supplémentaires liées à la ménopause qui offriront plus de choix aux femmes. Par exemple, les médecines complémentaires et les médecines douces, notamment l'actée à grappes noires et le trèfle rouge, sont souvent suggérées pour soulager les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes. Malheureusement, il existe très peu de données scientifiques sur l'efficacité à long terme et la sécurité de ces produits et thérapies. Il est donc judicieux de parler à un professionnel de la santé en qui vous faites confiance pour obtenir des conseils avant de les essayer.
Haut de la page

Pendant combien de temps puis-je utiliser l'hormonothérapie et comment saurai-je quand y mettre fin?

Les professionnels de la santé canadiens, grâce aux nouvelles recherches, peuvent aider les femmes à décider si certains types d'hormonothérapie les aideraient à prendre en charge leurs symptômes liés à la ménopause. La sorte d'hormonothérapie et la durée d'administration sont des éléments dont vous devez discuter avec votre médecin. Celui-ci disposera également de renseignements sur les thérapies parallèles et l'incidence des éléments du mode de vie, tels que le régime alimentaire, l'exercice physique, la consommation d'alcool et de caféine et le tabagisme, et sur la méthode de traitement qui vous conviendra.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) soutient les recommandations de la Conférence canadienne de consensus sur la ménopause 2006 et la Mise à jour sur la ménopause et l’ostéoporose (2009), selon lesquelles, l’hormonothérapie peut être prescrite sans danger pendant la période nécessaire pour régler des problèmes liés à la ménopause.


Haut de la page

Je semble prendre du poids plus facilement à mesure que je m'approche de la ménopause. Que puis-je faire?

Le gain de poids n’est pas nécessairement un symptôme de la ménopause. Même si le taux auquel notre corps brûle de l’énergie, et par la suite le gras, chute avec l’âge, un régime sain et un programme d’exercices modérés peuvent habituellement éliminer ces kilos excédentaires. Et un léger gain de poids n’est pas nécessairement mauvais si votre poids demeure dans la catégorie de poids santé. Le plus importante n’est pas votre poids, mais le fait que vous mangiez sainement et fassiez régulièrement de l’exercice. De plus, si vous luttez contre des problèmes de poids lorsque vous vous approchez de la ménopause ou avez atteint cette période, veuillez consulter un professionnel de la santé qui connaît votre état de santé et vos antécédents.
Haut de la page

Mon risque de cancer du sein augmentera-t-il si j’ai recours à l’hormonothérapie (HT)? 

Il y a un risque accru de cancer du sein pour les femmes qui ont eu recours à une HT combinée pendant plus de cinq ans. Cette augmentation a une ampleur semblable à celle des autres facteurs de risque communs pour le cancer du sein, comme l’âge à la puberté, le fait d’avoir plus de 30 ans au premier accouchement ou l’embonpoint. La bonne nouvelle est que le taux de risque absolu pour n’importe quelle personne est faible et il revient à la normale peu après avoir cessé d’utiliser l’HT.

Et comme toutes les femmes font face à un risque accru de cancer du sein avec l’âge, vous devriez participer aux programmes de dépistage régulier du cancer du sein pour augmenter vos chances de dépistage précoce.  Et finalement, cessez de fumer! Les femmes qui fument augmentent leur risque de développer tous les types de cancer, notamment le cancer du sein.
Haut de la page

Ma libido semble avoir disparu, est-ce normal?

Bon nombre de femmes connaissent des hauts et des bas pour ce qui est de l’intérêt envers la sexualité au fil des ans, puisque les grossesses, la responsabilité des enfants et la fatigue se font sentir. Ainsi, il n’est pas inhabituel pour les femmes de ressentir une baisse de libido à la suite de la ménopause, ou de la tristesse et un sens de perte. D’autres ressentent un grand sentiment de liberté sexuelle dès que les préoccupations entourant la grossesse disparaissent. Chez certaines, ce peut être le partenaire qui a des problèmes de santé, ou bien la modification de la libido ne constitue pas une préoccupation. La bonne nouvelle est que tous ces sentiments sont normaux et bien que la libido puisse être atténuée, la plupart du temps, les femmes déclarent être à la hauteur et avoir une expérience sexuelle enrichissante.
Haut de la page

Quels sont certains des signes précurseurs de l’ostéoporose?

En cas de fracture d’un os, même après une petite chute, l’ostéoporose peut avoir déjà fait des dommages. La compréhension des facteurs de risque précités constitue la meilleure façon de déterminer si vous êtes à risque d’ostéoporose.

Ostéoporose Canada recommande que toutes les femmes postménopausées, que tous les hommes de plus de 50 ans et toutes les personnes de plus de 65 ans soient évalués pour déterminer s’ils sont à risque d’ostéoporose. Les tests connus sous le nom de densité minérale osseuse (DMO) qui sont sûrs et sans douleur, tout comme les rayons X, peuvent mesurer avec précision la densité de vos os. Un test de DMO peut vous indiquer si vous souffrez d’ostéoporose et quelle est la probabilité que vous développiez la maladie plus tard, et il peut vous aider à prendre maintenant des décisions qui pourraient prévenir des fractures ou une perte osseuse accrue.
Haut de la page

J’ai des problèmes à maîtriser ma miction de temps à autre. Que puis-je faire à ce sujet?

Au fil du vieillissement, bon nombre de femmes éprouvent des problèmes liés à l’incontinence urinaire, le terme médical pour une fuite d’urine accidentelle. Bon nombre de raisons expliquent l’incontinence mais, heureusement des traitements existent, y compris une vaste gamme d’approches non chirurgicales. Vous pouvez effectuer des changements à votre style de vie, explorer les dispositifs non chirurgicaux, pratiquer des exercices pelviens et vous renseigner sur les chirurgies qui peuvent offrir une solution plus permanente.

Des médecins et d’autres professionnels de la santé peuvent vous aider à décider ce qui est le plus approprié selon votre cas. La première étape est de leur laisser savoir que vous avez besoin d’aide.
Haut de la page

Mes risques globaux de cancer sont-ils supérieurs si j’ai recours à l’hormonothérapie (HT)?

Un certain nombre d’études récentes qui ont suivi des femmes pendant leur ménopause ont permis de mieux comprendre le sujet du risque de cancer et de l’hormonothérapie. Ces études fournissent de nouvelles données à l’effet que le risque de cancer chez les utilisatrices d’HT est semblable à d’autres facteurs communs tels que l’âge à la puberté, l’âge à l’accouchement ou les antécédents familiaux.

Il y a un risque accru de cancer du sein chez les femmes qui ont eu recours à l’HT combinée pendant plus de cinq ans. Cette augmentation a une ampleur semblable à celle d’autres facteurs de risque courants quant au cancer du sein, comme votre âge à la puberté, le fait d’avoir plus de 30 ans au premier accouchement ou l’embonpoint. La bonne nouvelle est que le risque absolu d’une personne est faible, et le taux de risque revient à la normale peu après avoir cessé d’utiliser l’HT.
Haut de la page

Puisque j’ai des problèmes de sécheresse vaginale et ressens de la douleur pendant les relations sexuelles, la sexualité est-elle une bonne chose pour moi au fur et à mesure que je vieillis?

En fait, les recherches démontrent que la sexualité accroît la circulation sanguine vers les organes génitaux, ce qui constitue un bienfait pour la santé à long terme des organes sexuels. Les problèmes tels que la lubrification vaginale réduite peuvent être pris en charge au moyen de lubrifiants en vente libre ou d’une crème vaginale à l’œstrogène. Pour de plus amples renseignements, visitez legrandow.ca.
Haut de la page

Les infections des voies urinaires (IVU) sont-elles plus courantes pendant la périménopause et la ménopause?

Une infection des voies urinaires est un signe que quelque chose est déséquilibré et doit être traité. Étant donné la baisse des niveaux d’hormone au cours de cette période de la vie, il peut souvent y avoir un effet direct sur les tissus, les muscles, les glandes et les fonctions vaginales et urinaires.

Les infections des voies urinaires chroniques sont cause de préoccupations et on devrait toujours consulter un professionnel de la santé puisque ce type d’infection peut entraîner des problèmes plus graves, comme une infection de la vessie (cystite). Il n’est pas nécessairement vrai qu’une IVU est plus courante pendant la périménopause et la ménopause, mais elle peut être liée à d’autres changements physiques au vagin et aux voies urinaires se produisant chez les femmes plus âgées.
Haut de la page

SOGC