Symptômes de la ménopause

Quels sont les symptômes de la ménopause les plus courants?

Chaque femme est différente, mais les symptômes de la ménopause peuvent inclure :

  • les bouffées de chaleur
  • les changements d’humeur et les déficits de la mémoire
  • les changements à la texture et à l’apparence de la peau, notamment son amincissement et son plissement
  • les troubles du sommeil
  • la perte de lubrification vaginale
  • une réduction du désir sexuel et de l’intérêt envers les relations sexuelles
  • des difficultés à contrôler la vessie
  • la fatigue
  • des douleurs articulaires

Haut de la page

Comment puis-je soulager mes symptômes?

Il y a beaucoup de renseignements sur la ménopause et les traitements de ses symptômes. Certains de ces renseignements se trouvent sur le présent site Web. Toutefois, pour ce qui est des symptômes préoccupants et des questions relatives à la santé qui ont des répercussions sur la qualité de vie d’une femme, une discussion avec un professionnel de la santé est toujours recommandée.

Haut de la page

Qu’est-ce que l’hormonothérapie (HT)?

L’hormonothérapie (HT) peut être prescrite après la fin de la production par les ovaires d’un équilibre naturel d’hormones féminines.

Un programme d’HT peut comporter l’utilisation de l’œstrogène (ET) seule, ou d’une combinaison œstrogène-progestatif (EPT), en fonction de ce qui se passe dans la vie et la santé d’une femme. On administre habituellement aux femmes qui ont subi une hystérectomie, par exemple, et qui n’ont pas d’utérus, de l’œstrogène seulement. Les autres qui n’ont pas subi cette chirurgie sont plus susceptibles de se faire prescrire une combinaison œstrogène-progestatif. Le progestatif  a l’avantage d’offrir une protection à la paroi de l’utérus contre les cancers de l’endomètre.

Les hormonothérapies peuvent consister en la prise orale d’un médicament, ou en l’application d’un timbre transdermique ou d’un gel pour des symptômes tels que les bouffées de chaleur. D’autres hormonothérapies sont appliquées exactement sur la zone problématique, par exemple, une crème vaginale, un comprimé ou un anneau peuvent rétablir l’œstrogène dans la région vaginale et sont utilisés lorsque les symptômes vaginaux représentent un problème.

L’HT est habituellement prescrite aux femmes ayant des symptômes de la ménopause modérés à graves ou à celles qui subissent une ménopause chirurgicale ou imprévue.

Haut de la page

Est-ce vrai que la ménopause peut influer sur mon humeur?

Des études cliniques laissent entendre que les femmes peuvent noter des changements sur le plan de leurs émotions et leurs humeurs durant la périménopause (la période précédant la ménopause) ou quand elles ont atteint la ménopause. L’irritabilité, la tendance à pleurer constamment, l’anxiété, la dépression, le manque de motivation et la mauvaise concentration constituent l’éventail des symptômes que certaines femmes, mais pas toutes, peuvent éprouver. Dans certains cas, ces symptômes sont liés à d’autres changements plus physiques. Les troubles du sommeil prolongés, par exemple, peuvent entraîner des changements d’humeur. Les troubles de l’humeur graves peuvent être traités par des antidépresseurs, parfois en combinaison avec l’œstrogénothérapie. Les femmes peuvent également trouver un soutien et de l’aide auprès de professionnels qualifiés en santé mentale qui offrent une thérapie « cognitive », également connue sous le nom de thérapie « verbale », qui peut régler des préoccupations et des problèmes actuels ou de longue date.

Haut de la page

Est-il vrai que les antidépresseurs aident à soulager d’autres symptômes de la ménopause?

Dans certains cas, les médecins recommandent un certain type d’antidépresseur pour soulager des symptômes tels que les bouffées de chaleur. De plus, même parmi les femmes qui ne sont pas réellement dépressives, ce traitement peut être utile pour celles qui ne peuvent ou ne veulent pas avoir recours à l’hormonothérapie.

Haut de la page

L’oestrogénothérapie peut-elle être utilisée pour aider les femmes souffrant de pertes de mémoire, de trous de mémoire, de la maladie d’Alzheimer ou d’autres démences?

Il ne fait aucun doute que les niveaux d’œstrogènes d’une personne ont une incidence sur les fonctions du cerveau. Il y a beaucoup de recherches en cours, et beaucoup d’entre elles sont prometteuses. Certaines de ces recherches ont traité de l’incidence de l’HT sur les femmes qui ont eu un diagnostic de maladie d’Alzheimer. Toutefois, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives. L’œstrogénothérapie n’est actuellement pas recommandée pour réduire le risque de démence chez les femmes postménopausiques ou pour ralentir le progrès de la maladie d’Alzheimer.

Il y a encore beaucoup à apprendre au sujet de ce lien important. 

Haut de la page

L’hormonothérapie (HT) traitera-t-elle tous ces symptômes?

L’hormonothérapie est prescrite pour traiter un certain nombre de symptômes de la ménopause, et elle est basée sur une évaluation prudente de l’état de santé des femmes et de la gravité des symptômes. Nous savons que :

  • Certains problèmes liés à la ménopause (tels que les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale) sont presque entièrement causés par la chute d’hormones; ils peuvent donc être grandement soulagés par l’hormonothérapie.
  • Les changements aux habitudes sexuelles, la fatigue ou les troubles du sommeil et les altérations de la mémoire sont souvent le résultat de multiples facteurs et par conséquent, l’incidence de l’hormonothérapie varie d’une femme à l’autre.
  • L’œstrogène prévient  l’amincissement et le  plissement de la peau, mais les médecins ne recommandent pas l’HT dans ce but seulement.

Haut de la page

Quel doit être le degré de gravité de mes symptômes pour que je consulte un médecin?

Si vous avez apporté des modifications à votre style de vie qui n’ont pas soulagé vos symptômes incommodants, vous devriez parler à un médecin. Votre médecin vous présentera un certain nombre de stratégies à aborder avec vous, et il vous aidera à en trouver une qui vous convient.

Haut de la page

Quels sont les risques liés à l’hormonothérapie?

Les risques liés à l’hormonothérapie (HT) dépendent beaucoup de l’état de santé personnel d’une femme. L’état de santé global, les antécédents de la famille et l’âge peuvent avoir une incidence sur les risques auxquels  elle doit penser. De plus, les recherches récentes sur la santé fournissent sans cesse un nouvel aperçu. L’évaluation des risques doit donc être effectuée avec le soutien et l’aide d’un professionnel de la santé. Tout de même, la recherche et l’expérience nous indiquent que les femmes qui suivent une hormonothérapie peuvent faire face à :

  • Une légère hausse du risque de thrombose veineuse profonde ou de caillots dans les veines.
  • Un risque d’accident vasculaire cérébral chez certaines femmes âgées, particulièrement celles qui souffrent d’hypertension artérielle.
  • Une grande incidence potentielle de maladie du cœur chez les femmes ayant débuté l’HT après 60 ans.
  • Un léger risque accru de cancer du sein pour les femmes qui utilisent l’HT pendant une longue période.

La bonne nouvelle est que le taux de risque de cancer du sein revient à la normale pour les utilisatrices à long terme peu après avoir cessé d’utiliser l’HT.

Si vous envisagez l’hormonothérapie et connaissez les risques, il est important de vous rappeler que bien que l’hormonothérapie soit habituellement offerte aux femmes pour leur donner une meilleure qualité de vie, dans le cas de certaines maladies, l’HT réduit réellement les risques et offre une protection.

Les recherches récentes montrent que les femmes qui ont débuté l’hormonothérapie vers la ménopause peuvent réduire leur risque de maladie du cœur d’environ 40 %, mais les médecins ne recommandent actuellement pas l’HT dans ce but seulement.

Facteurs de risque de cancer du sein

Haut de la page

Pendant combien de temps puis-je utiliser l’hormonothérapie et comment saurai-je quand cesser?

Les professionnels de la santé canadiens, grâce aux nouvelles recherches, peuvent aider les femmes à décider si certains types d’hormonothérapie les aideraient à prendre en charge leurs symptômes liés à la ménopause. La sorte d’hormonothérapie et la durée d’administration sont des éléments dont vous devez discuter avec votre médecin. Celui-ci disposera également de renseignements sur les thérapies parallèles et l’incidence des éléments du mode de vie, tels que le régime alimentaire, l’exercice physique, la consommation d’alcool et de caféine et le tabagisme, et sur la méthode de traitement qui vous conviendra.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) soutient les recommandations de la Conférence canadienne de consensus sur la ménopause 2006, selon lesquelles l’hormonothérapie doit être prescrite pendant la période nécessaire pour régler des problèmes liés à la ménopause.

Haut de la page

J’ai entendu dire que certaines femmes prennent la pilule (contraceptif oral) durant la ménopause. Est-ce une forme d’hormonothérapie (HT)?

Les contraceptifs oraux à faible dose sont couramment prescrits pour aider les femmes souffrant de symptômes liés à la périménopause.

Haut de la page

Quelle est la position de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada sur l’utilisation de l’hormonothérapie (HT)?

Après avoir analysé les recherches scientifiques sur l’hormonothérapie du Canada et de partout dans le monde, les obstétriciens et les gynécologues canadiens recommandent l’hormonothérapie comme une option sûre pour la plupart des femmes qui vivent une réduction de leur qualité de vie attribuable aux symptômes de la ménopause.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) a publié la Conférence canadienne de consensus sur la ménopause, qui affirme que l’hormonothérapie peut être prescrite de manière sécuritaire selon la dose et la durée nécessaires pour atteindre les objectifs du traitement, à moins qu’une femme ait un facteur de risque particulier pour une maladie ou un état de santé précis. La Société recommande que les fournisseurs de soins de santé examinent régulièrement les risques et les avantages de l’hormonothérapie avec leurs patients. Les nouveaux conseils avancent que pour une femme de moins de 60 ans, l’HT constitue un choix sûr et raisonnable.

Haut de la page

J’ai beaucoup lu à propos de l’utilisation des produits naturels pour traiter les symptômes de la ménopause. Ces méthodes sont-elles efficaces?

Un éventail de thérapies non hormonales (certaines exigeant une ordonnance, d’autres, non) sont disponibles sur le marché, et les recherches se poursuivent dans la quête de thérapies supplémentaires liées à la ménopause qui offriront plus de choix aux femmes. Par exemple, les médecines complémentaires et les médecines douces, notamment l’actée à grappes noires et le trèfle rouge, sont souvent suggérées pour soulager les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes.

Malheureusement, il existe très peu de données scientifiques sur l’efficacité à long terme et la sécurité de ces produits et thérapies. Il est donc judicieux de parler à un professionnel de la santé en qui vous faites confiance pour obtenir des conseils avant de les essayer. 

Haut de la page

Où puis-je obtenir de plus amples renseignements sur ces autres traitements?

Haut de la page

Quelles autres mesures puis-je prendre pour traiter les symptômes entraînant des difficultés considérables?

Tous les symptômes sérieux de la ménopause doivent être abordés avec un professionnel de la santé, mais le bon sens nous dit que tout ce qui contribue à réduire la température interne du corps, par exemple, l’utilisation d’un ventilateur ou le port de vêtements amples, la consommation de boissons froides et l’installation de ventilateurs de plafond, aidera les femmes souffrant de bouffées de chaleur. Et comme les femmes ménopausées vivent souvent des changements de température considérables en peu de temps, c’est une bonne idée de garder à portée de la main un châle ou un chandail pour composer avec un refroidissement soudain.

De la même manière, les changements au mode de vie, tels que l’exercice régulier, l’abandon du tabagisme et les techniques de relaxation, peuvent également aider à composer avec les troubles du sommeil, les sueurs nocturnes et les bouffées de chaleur. Certaines personnes essaient l’acupuncture ou la réflexologie pour soulager les symptômes de la ménopause, mais il n’y a aucune recherche factuelle qui prouve que ces traitements vont fonctionner.

Haut de la page

SOGC

« Je croyais que mes sautes d’humeur s’atténueraient avec l’âge, puisque je n’aurais plus de syndrome prémenstruel, mais j’en ai encore. Je ne savais pas que ça faisait partie de la ménopause. »