Hormonothérapie

Qu’est-ce que l’hormonothérapie (HT)?

L’hormonothérapie (HT) peut être prescrite après la fin de la production par les ovaires d’un équilibre naturel d’hormones féminines.

Un programme d’HT peut comporter l’utilisation de l’œstrogène (ET) seule, ou d’une combinaison œstrogène-progestatif (EPT), en fonction de ce qui se passe dans la vie et la santé d’une femme. On administre habituellement aux femmes qui ont subi une hystérectomie, par exemple, et qui n’ont plus d’utérus, de l’œstrogène seulement. Les autres qui n’ont pas subi cette chirurgie sont plus susceptibles de se faire prescrire une combinaison œstrogène-progestatif. Le progestatif a l’avantage d’offrir une protection à la paroi de l’utérus contre les cancers de l’endomètre.

Les hormonothérapies peuvent consister en la prise orale d’un médicament ou en l’application d’un timbre transdermique ou d’un gel pour des symptômes tels que les bouffées de chaleur. D’autres hormonothérapies sont appliquées exactement sur la zone problématique, par exemple, une crème vaginale, un comprimé ou un anneau peuvent rétablir l’œstrogène dans la région vaginale et ils sont utilisés lorsque les symptômes vaginaux représentent un problème.

L’HT est habituellement prescrite pour les femmes ayant des symptômes de la ménopause modérés à graves.

Haut de la page

Comment puis-je savoir s’il est temps de parler à mon médecin de l’hormonothérapie (HT)?

Si vous avez apporté des modifications à votre style de viequi n’ont pas soulagé vos symptômes incommodants , vous devriez prendre un rendez-vous avec votre médecin pour lui en parler. Votre médecin vous présentera un certain nombre de stratégies, et vous aidera à en trouver une qui convient à votre situation.

Haut de la page

Quels symptômes l’hormonothérapie (HT) traite-t-elle?

L’hormonothérapie peut être prescrite pour traiter un certain nombre de symptômes de la ménopause, et elle est basée sur une évaluation prudente de l’état de santé des femmes et de la gravité des symptômes. Nous savons que :

  • Certains problèmes liés à la ménopause (tels que les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale) sont presque entièrement causés par la chute d’hormones; ils peuvent donc être grandement soulagés par l’hormonothérapie.
  • Les changements aux habitudes sexuelles, la fatigue ou les troubles du sommeil et les déficits de la mémoire sont souvent le résultat de multiples facteurs et par conséquent, l’incidence des hormones varie d’une femme à l’autre.
  • L’œstrogène prévient l’amincissement et le plissement de la peau, mais les médecins ne recommandent pas l’HT dans ce but seulement.

Haut de la page

Quels sont les risques liés à l’hormonothérapie (HT)?

Les risques liés à l’hormonothérapie dépendent beaucoup de l’état de santé personnel d’une femme. L’état de santé global, les antécédents de famille et l’âge peuvent avoir une incidence sur les risques auxquels elle doit  penser. De plus, les recherches récentes sur la santé fournissent sans cesse un nouvel aperçu. L’évaluation des risques doit donc être effectuée avec le soutien et l’aide d’un professionnel de la santé. Tout de même, la recherche et l’expérience nous indiquent que les femmes qui suivent une hormonothérapie peuvent faire face à :

  • Une légère hausse du risque de thrombose veineuse profonde, ou de caillots dans les veines.
  • Un risque d’accident vasculaire cérébral chez certaines femmes âgées, particulièrement celles qui souffrent d’hypertension artérielle.
  • Une grande incidence potentielle de maladie du cœur chez les femmes ayant débuté l’HT après 60 ans.
  • Un léger risque accru de cancer du sein pour les femmes qui utilisent l’HT pendant une longue période.

Si vous envisagez l’hormonothérapie et connaissez les risques, il est important de vous rappeler que bien que l’hormonothérapie soit habituellement offerte aux femmes pour leur donner une meilleure qualité de vie, l’HT réduit réellement les risques et offre une protection pour certaines maladies.

Les recherches récentes montrent que les femmes qui ont débuté l’hormonothérapie vers la ménopause peuvent réduire leur risque de maladie du cœur d’environ 40 %, mais les médecins ne recommandent actuellement pas l’HT dans ce but seulement.

Haut de la page

Quelle est la différence entre l’hormonothérapie (HT) et l’hormonothérapie substitutive (HTS)?

Bien que les termes soient utilisés de façon interchangeable, il y a réellement une différence entre l’hormonothérapie (HT) et l’hormonothérapie substitutive (HTS). L’hormonothérapie renvoie au traitement que les médecins prescrivent pour aider à remplacer certaines des hormones qui diminuent naturellement dans le corps d’une femme pendant la périménopause et la ménopause. L’hormonothérapiesubstitutive (HTS) décrit le traitement prescrit lorsque les femmes ont subi une hystérectomie, ou le retrait de leurs ovaires, et que le médecin veut remplacer complètement les niveaux d’hormones produits habituellement par les ovaires.

Haut de la page

Pendant combien de temps puis-je utiliser l’hormonothérapie et comment saurai-je quand y mettre fin?

Les professionnels de la santé canadiens, grâce aux nouvelles recherches, peuvent aider les femmes à décider si certains types d’hormonothérapie les aideraient à prendre en charge leurs symptômes liés à la ménopause. La sorte d’hormonothérapie et la durée d’administration sont des éléments dont vous devez discuter avec votre médecin. Celui-ci disposera également de renseignements sur les thérapies parallèles et l’incidence des éléments du mode de vie, tels que le régime alimentaire, l’exercice physique, la consommation d’alcool et de caféine et le tabagisme, et sur la méthode de traitement qui vous conviendra.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) soutient les recommandations de la Conférence canadienne de consensus sur la ménopause 2006 selon lesquelles, l’hormonothérapie peut être prescrite sans danger pendant la période nécessaire pour régler des problèmes liés à la ménopause.

Haut de la page

J’ai entendu dire que certaines femmes prennent « la pilule » (contraceptif oral) durant la périménopause. Est-ce une forme d’hormonothérapie (HT)?

Les contraceptifs oraux à faible dose sont couramment prescrits pour aider les femmes souffrant de symptômes liés à la périménopause. Ils contiennent des hormones, mais en quantité supérieure à celle que l’on retrouve habituellement dans une hormonothérapie.

Haut de la page

L’hormonothérapie (HT) peut-elle aider à contrôler l’incontinence urinaire?

Dans certains cas, les médecins détermineront si l’HT peut aider une femme souffrant d’incontinence urinaire. Votre médecin devra évaluer votre situation et déterminer si l’HT vous aidera.

Haut de la page

Mon risque de cancer du sein augmentera-t-il si j’ai recours à l’hormonothérapie (HT)? 

Il y a un risque accru de cancer du sein pour les femmes qui ont eu recours à une HT combinée pendant plus de cinq ans. Cette augmentation a une ampleur semblable à celle des autres facteurs de risque communs pour le cancer du sein, comme l’âge à la puberté, le fait d’avoir plus de 30 ans au premier accouchement ou l’embonpoint. La bonne nouvelle est que le taux de risque absolu pour n’importe quelle personne est faible et il revient à la normale peu après avoir cessé d’utiliser l’HT.

Et comme toutes les femmes font face à un risque accru de cancer du sein avec l’âge, vous devriez participer aux programmes de dépistage régulier du cancer du sein pour augmenter vos chances de dépistage précoce. 

Et finalement, cessez de fumer! Les femmes qui fument augmentent leur risque de développer tous les types de cancer, notamment le cancer du sein.

Haut de la page

Qu’en est-il des autres cancers?

Les femmes ayant des antécédents de cancer de l’endomètre au stade précoce (stade I) ou de faible intensité (grade 1 ou 2) peuvent suivre une HT pour contrôler des symptômes incommodants, tels que les sueurs nocturnes et les bouffées de chaleur.

L’utilisation de l’HT combinée (progestatif et œstrogène) est associée à une réduction du risque de cancer colorectal et à une légère augmentation possible du risque de cancer de l’ovaire. Ces effets sont toutefois très faibles et ils ne doivent pas influer sur les décisions au sujet du recours à l’HT pour soulager les symptômes incommodants de la ménopause.

Aucun lien entre l’utilisation de l’HT et les cancers de la vulve, du col de l’utérus et du vagin n’a été trouvé, bien qu’une recherche plus poussée soit nécessaire.

Haut de la page

Si j’ai souffert d’un type de cancer auparavant, devrais-je envisager l’hormonothérapie (HT)?

À l’exception du méningiome (tumeurs au cerveau), du cancer du sein et du cancer de l’endomètre étendu, aucune donnée biologique n’indique que l’HT peut augmenter le risque de récurrence. Le risque de thrombose doit être évalué, puisque certains cancers sont reconnus pour augmenter le risque de thrombo-embolie veineuse (VTE).

Les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein ne sont plus susceptibles de souffrir du cancer du sein si elles choisissent de suivre une HT pour contrôler les symptômes de la ménopause.

Haut de la page

Si j’ai subi une hystérectomie, puis-je encore envisager l’hormonothérapie (HT) pour soulager les symptômes de la ménopause?

Une hystérectomie est souvent appelée « ménopause chirurgicale » puisqu’elle met fin aux menstruations immédiatement. De plus, si les ovaires sont intacts, les femmes qui ont subi une hystérectomie pourraient toujours devoir être soulagées de certains symptômes de la ménopause. On administre habituellement aux femmes qui ont subi une hystérectomie et qui n’ont plus d’utérus de l’œstrogène seulement puisqu’elles n’ont plus besoin de la protection contre les cancers de l’endomètre (cancer de la paroi utérine) offerte par le progestatif. L’œstrogène seulement comporte également un risque de cancer du sein plus faible chez les utilisatrices d’HT à long terme que la combinaison de l’œstrogène et du progestatif.

Haut de la page

Mon risque de maladie cardiaque augmente-t-il si on me prescrit une hormonothérapie (HT)?

Les recherches récentes montrent que les femmes qui ont débuté l’hormonothérapie vers la ménopause peuvent réduire leur risque de maladie du cœur d’environ 40 %.

Il semble y avoir une situation favorable au moment où les femmes atteignent la ménopause. Nonobstant cette recherche encourageante, l’HT n’est pas recommandée actuellement pour traiter la maladie cardiaque seulement.

Le risque de maladie cardiaque des femmes augmente environ dix ans plus tard que lorsque celui des hommes commence à augmenter. Encore une fois, pour les femmes, ce risque augmente après la ménopause; il est donc important de prendre des mesures pour réduire ce risque :

  • Ne pas fumer.
  • Faire vérifier la pression artérielle.
  • Demander à votre médecin à quel moment votre glycémie et votre taux de cholestérol doivent être vérifiés.
  • Manger sainement (consulter le Guide alimentaire canadien).
  • Faire de l’exercice régulièrement. Même 30 minutes de marche rapide trois fois par semaine font une différence.
  • Garder un poids santé.

Qu’elles suivent une HT ou non, toutes les femmes doivent se pencher sur leur risque personnel de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral et prendre les mesures nécessaires pour améliorer la « santé de leur cœur ». Bien qu’il y ait un risque légèrement élevé de maladie cardiaque chez les femmes plus âgées ayant recours à l’hormonothérapie (dix ans après la ménopause), l’HT demeure un traitement efficace et recommandé pour les symptômes de la ménopause de modérés à graves. 

Haut de la page

De quelle façon l’hormonothérapie (HT) m’aide-t-elle si je risque de souffrir d’ostéoporose?

Même l’HT à court terme peut améliorer la structure osseuse d’une femme, les autres médicaments peuvent ensuite être utilisés pour maintenir la santé des os à long terme. La Women’s Health Initiative des États-Unis, un essai clinique randomisé concernant les femmes ménopausées, a révélé que l’hormonothérapie était manifestement efficace dans la prévention des fractures de la hanche, des fractures des vertèbres et d’autres blessures. La conférence canadienne de consensus de la SOGC ne la recommande toutefois pas dans le but de traiter l’ostéoporose seulement.

Haut de la page

Quels sont les effets indésirables de l’hormonothérapie (HT)?

Trouver la bonne hormonothérapie peut prendre un certain temps puisque différentes combinaisons et doses des hormones clés – œstrogène et progestatif− sont utilisées. Les femmes peuvent connaître une sensibilité des seins, des ballonnements, des nausées et des maux de tête après le début de l’utilisation de l’HT. Des modifications peuvent être apportées pour traiter ces effets indésirables.

Haut de la page

Est-ce que je prendrai du poids pendant une hormonothérapie (HT)?

Le gain de poids n’est pas nécessairement un symptôme de la ménopause. Même si le taux auquel notre corps brûle de l’énergie, et par la suite le gras, diminue avec l’âge, un régime alimentaire sain et un programme d’exercices modérés peuvent habituellement éliminer ces kilos excédentaires. 

Les recherches visant à déterminer si les femmes qui suivent une HT prennent davantage de poids que celles qui n’en suivent pas ne sont pas assez concluantes; les femmes qui suivent une HT prennent moins de poids que celles qui ne suivent pas d’hormonothérapie. Encore une fois, de nombreuses femmes y mettent fin parce qu’elles pensent que l’hormonothérapie engendre un gain de poids.

Un faible gain de poids n’est pas nécessairement une mauvaise chose, à condition que votre poids demeure dans la catégorie de poids santé. Le plus importante n’est pas votre poids, mais le fait que vous mangiez sainement, et que vous fassiez régulièrement des exercices . Encore une fois, si vous êtes confrontés à des problèmes de poids à mesure que vous vous approchez de la ménopause ou que vous êtes dans cette période, veuillez consulter un professionnel de la santé qui connaît bien votre état de santé et vos antécédents.

Haut de la page

Pourquoi est-ce que je ne peux pas suivre une hormonothérapie (HT) qui utilise l’œstrogène seulement au lieu d’une combinaison œstrogène-progestatif? L’œstrogène seul est-il plus sûr?

Les femmes qui ont toujours un utérus, c’est-à-dire, qui n’ont pas eu d’hystérectomie, ont besoin d’un équilibre d’œstrogène et de progestatifs dans leur hormonothérapie parce que le progestatif offre une protection contre le cancer de l’endomètre (cancer de la paroi utérine).

Haut de la page

Y a-t-il une différence si j j’ai recours à une hormonothérapie (HT) orale ou si j’utilise un timbre transdermique? La dose est-elle différente? Y a-t-il une thérapie plus sûre que l’autre?

La façon dont l’HT est administrée est déterminée par votre fournisseur de soins de santé et est basée sur votre état de santé unique. Il y a un risque légèrement réduit de caillots sanguins à  l’utilisation du timbre transdermique, mais la recherche se poursuit pour déterminer s’il y a des différences réelles dans l’efficacité et la sécurité des thérapies prises oralement ou appliquées sur la peau.

Haut de la page

L’utilisation antérieure de contraceptifs oraux fait-elle une différence si vous envisagez l’hormonothérapie (HT)?

Si vous avez pris des contraceptifs oraux auparavant, cela ne fera aucune différence quant au risque de cancer du sein si vous décidez maintenant de suivre une hormonothérapie. Le recours aux contraceptifs oraux à long terme, ou juste avant le début de la ménopause ne compte pas non plus.

Haut de la page

Quelle est la position de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) sur l’hormonothérapie (HT)?

Après avoir analysé attentivement les recherches scientifiques sur l’hormonothérapie du Canada et de partout dans le monde, les obstétriciens et les gynécologues canadiens recommandent l’hormonothérapie comme une option sûre pour la plupart des femmes qui vivent une réduction de leur qualité de vie attribuable aux symptômes de la ménopause. Le risque accru pour les femmes ménopausées récemment qui suivent une hormonothérapie est extrêmement faible.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) a publié la Conférence canadienne de consensus sur la ménopause, qui affirme que l’hormonothérapie peut être prescrite de manière sécuritaire selon la dose et la durée nécessaires pour atteindre les objectifs du traitement, à moins qu’une femme ait un facteur de risque particulier pour une maladie ou un état de santé précis. La Société recommande que les fournisseurs de soins de santé examinent régulièrement les risques et les avantages de l’hormonothérapie avec leurs patientes. Les nouveaux conseils avancent que pour une femme de moins de 60 ans, l’HT constitue un choix sûr et raisonnable.

Haut de la page

SOGC